Bienvenue

Arles de Tec en catalan, est un village construit dans la vallée le long du Tech qui s’est développé autour de son abbaye bénédictine.
Territoire de 2882 ha, constitué en majorité par des forêts, s’étalant de l’altitude la plus basse 226 m à la plus haute 1 302 m, avec une population totale de 2787 habitants (recensement 2010) .

René Bantoure

Arlésiennes , Arlésiens chers amis,

« Cölögsön hün » : c’est ce que j’ai trouvé sur internet comme traduction du mot exil en mongol.
Dans l’histoire du monde, les populations ont toujours bougé.
Parfois de leur plein gré.
Souvent malgré elles.
Famine, guerre, raisons politique, ethnique, religieuse, voire climatique ont poussé, poussent et pousseront  à fuir, à quitter sa patrie et à demander refuge.
Le choix est vite fait : « Si tu restes, tu vas en prison ou tu meurs. »
Il y a presque quatre-vingts ans, Arles sur Tech a vu passer des milliers de personnes, seules ou en famille qui fuyaient l’armée vengeresse de Franco : c’était la Retirada et l’association FREEE en perpétue le souvenir.
L’hospitalité n’est pas un moindre mot dans l’histoire arlésienne et c’est avec grande joie qu’Arles sur Tech, dans l’élan national d’accueil,  héberge depuis un mois une famille de réfugiés. Après un transit en Lozère (Chambon le Château), elle est arrivée à Arles sur Tech.
C’est une famille venue de Mongolie, pays lointain que l’on connaît surtout à travers Gengis Khan, les steppes et les yourtes.
Deux parents (Bayasgalan et Tsamba) et deux enfants, un ado (Turbold) de 11 ans et une jeune fille (Davaatseran) de 21 ans, occupent désormais un appartement à l’immeuble Magnard.
Le contact est difficile. Les jeunes ont plus de facilités : Davaatseren parle anglais et Turbold s’est déjà fait des copains.
Mais avec le temps, la scolarisation, le travail, la douceur catalane balaieront tous ces obstacles.
Benvinguts
Nous vivons une époque trouble.
Le désarroi, l’impuissance et l’inquiétude gagnent les esprits.
Alors que mettre en face de la précarité, de l’insécurité ou de l’anxiété si ce n’est la fraternité.
Semons-en les graines, arrosons, récoltons les fruits et partageons-les avec nos voisins les plus proches et les plus lointains !
Il y a 100 ans, en avril et juin, Nivelle lançait son offensive : 200 000 morts côté français ; on se souvient de la Chanson de Craonne interdite d’antenne jusqu’en 1976 sur les mutineries de soldats après cette boucherie-aberration.
Adélaïde et Victoire, filles du roi Louis XV, avaient l’habitude de l’emprunter ; on l’appelait le « Chemin des Dames ».
En Europe, les conflits guerriers et meurtriers  se sont désormais apaisés !
Que cette année riche en événements électoraux soit une année constructive sereine et loin des idées populistes qui amèneraient notre nation vers une impasse et à terme vers le chaos.
Arlésiennes Arlésiens je vous souhaite avec l’ensemble de mon conseil municipal une bonne année qu’elle vous apporte beaucoup de joies et de bonheur auprès de vos proches et surtout qu’elle vous garde en bonne santé.